Cyberattaques : les risques financiers augmentent

Depuis le début de l’année 2017, les grandes institutions financières telles que les banques, les géants de l’industrie et les entreprises de grande distribution sont les cibles préférées des pirates informatiques. Si la plupart des actes perpétrés contre ces institutions financières majeures se sont avérés être des échecs, les prévisions pour cette fin d’année se révèlent plutôt pessimistes.

Une menace constante

Aujourd’hui plus que jamais, la cyber-menace n’est pas à prendre à la légère, surtout dans le secteur financier. Symantec, l’éditeur d’antivirus mondialement connu a publié une étude qui dévoile qu’il y a eu beaucoup plus d’attaques cybercriminels au début de l’année 2017 qu’il n’y en a jamais eu. De plus, les statistiques révélées démontrent que ces attaques de pirates sont beaucoup plus ciblées et que les logiciels de demande de rançon ne sont que l’infime partie visible de l’énorme iceberg que représente les cybers-attaques aujourd’hui. Là où les attaques étaient massives et aveugles en 2016, elles sont aujourd’hui précises et personnalisées en 2017, d’où un taux d’échec plus faible.

Un problème mondial

L’attaque de la Banque Centrale du Bangladesh l’année dernière était peut-être un aperçu de ce qui attend le monde entier d’ici la fin de l’année. En effet, au cours de cette attaque, plus de 81 millions de dollars avait été dérobés avec succès par les pirates. Si les banques se protègent, l’augmentation des cybers-attaques au niveau mondial pourrait avoir un impact direct sur le prix des assurances et sur l’économie planétaire. La cybercriminalité est de plus en plus dirigée vers l’Asie comme le prouve l’attaque massive de 2016. Cependant, les conséquences de ces attaques sont nombreuses sur les institutions financières d’Europe et du monde entier. Une nouvelle ère de cyber-attaque commence donc, il est temps pour les plus grandes banques de songer à renforcer leur système de protection.